POUR UNE ESTHÉTIQUE DE L’ÉMANCIPATION

B42-113
parution septembre 2019
langue français
designer deValence
format 140 x 220mm
pages 160 p.
ISBN 9782490077137
thèmes sciences sociales, art

Préface par Geneviève Fraisse.
Publié avec le soutien du Centre national des arts plastiques et du Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac.

Loin de relire l’histoire de l’art en lui appliquant de façon anachronique le terme « queer », utilisé positivement dans les milieux militants depuis la fin des années 1980, Pour une esthétique de l’émancipation cherche à montrer comment l’écriture de l’Histoire de l’art a minoré l’importance des engagements politiques et affectifs des artistes et rendu inopérante la portée sociale de leurs oeuvres. En imaginant des amitiés inédites entre des artistes du passé, Isabelle Alfonsi fait émerger une lignée féministe et queer pour l’art contemporain. Des pratiques artistiques du XXe siècle sont ainsi replacées dans le contexte du militantisme de défense des droits des homosexuel•le•s et de la formation d’une critique radicale féministe et anticapitaliste. Claude Cahun et Michel Journiac croisent l’histoire du minimalisme états-unien, vu à travers Lynda Benglis, Lucy Lippard ou Yvonne Rainer. Les guerres de représentation menées pendant la crise du sida sont lues au prisme des oeuvres de Felix Gonzalez-Torres, du concept de désidentification de José E. Muñoz et de l’activisme culturel du groupe Boy/Girl with Arms Akimbo, dans le San Francisco des années 1980.

Le texte est accompagné de nombreuses illustrations parmi lesquelles figureront les reproductions d’œuvres de Michel Journiac, Claude Cahun, Marcel Moore, Lynda Benglis, Lucy Lippard, Robert Morris, Felix Gonzalez-Torres, ou encore Akimbo. Autant d’images dont la circulation a parfois été compromise par la prédominance d’une vision patriarcale et hétéronormée de histoire de l’art.

Voir aussi