L’INSTITUT DE L’ENVIRONNEMENT: UNE ÉCOLE DÉCLOISONNÉE
URBANISME, ARCHITECTURE, DESIGN, COMMUNICATION

B42-74
parution mars 2017
langue français
designer deValence
format 165 x 235mm
pages 208 p.
ISBN 9782917855744
thèmes architecture, design graphique, design, sciences sociales

Cet ouvrage est publié avec le soutien du Centre National des Arts Plastiques et et l’École européenne supérieure d’art de Bretagne – Rennes.

En 1968, la Hochschule für Gestaltung d’Ulm, école allemande que l’on présente comme la principale héritière du Bauhaus, est menacée de fermeture. L’idée de son possible transfert à Paris émerge alors sous le nom d’« Institut de l’environnement ». Un bâtiment, élaboré par Robert Joly avec la complicité de Jean Prouvé, est inauguré un an plus tard, rue Érasme, sur le terrain de l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD).
Voulue par André Malraux, cette nouvelle institution aux allures de laboratoire pédagogique revendique une orientation pluridisciplinaire totalement singulière dans le paysage français. Des praticiens d’horizons différents y évoluent : accompagnés par un « collège d’enseignantschercheurs », de jeunes urbanistes, architectes, designers industriels, spécialistes en communication visuelle et théoriciens en sciences humaines apprennent à collaborer dans la perspective d’améliorer l’aménagement du cadre de vie. Deux promotions de quatre-vingts « stagiaires », dont l’artiste Daniel Dezeuze et le collectif de graphistes Grapus font partie, garderont un souvenir ému de cette aventure.
L’ouvrage de Tony Côme propose de revenir en détail sur l’histoire de cette expérience institutionnelle exceptionnelle, mais à présent oubliée.

Voir aussi